Samedi 27 novembre, je ne sais pourquoi, mon homme a sorti le DVD de la Walkyrie version Boulez-Chéreau. Le ténor blond au physique athlétique Peter Hofmann y campait un Siegmund malgré tout fragile et terriblement désirable. Nous nous sommes soudain interrogé sur ce qu'avait pu devenir ce chanteur et dans quel état il pouvait être 33 ans plus tard.
La réponse n'a pas tardé à venir la semaine qui a suivi puisque il est mort le 30 novembre à 66 ans d'une pneumonie achevant le vieillard grabataire et dément que la maladie de parkinson avait fait de lui.
Le soir de ce même samedi 27 novembre je suis allé voir sur internet si il y avait du neuf au sujet du compositeur Aubert Lemeland dont j'aime particulièrement la musique. Je n'ai pu retenir une exclamation quand mon moteur de recherche m'a affiché une série de réponse concernant son décès.
Ce qui m'a immédiatement marqué c'est que celui-ci remontait déjà au 15 novembre et que rien ni personne ne m'en avait averti alors qu'il habitait pas si loin que ça de chez moi et surtout que je le connaissais personnellement (j'ai encore son numéro de téléphone mobile dans mes contacts).
Il est mort à presque 78 ans de la gangrène et Renaud Machart lui a rendu un bel hommage sur France Musique le lendemain de son enterrement au Père-Lachaise dans une émission que l'on peut heureusement encore écouter jusque au 20 décembre.