Ottawa -- La Chambre des communes a rejeté hier la motion des conservateurs visant à rouvrir le débat sur le mariage gai. Prenant acte de ce résultat, le
premier ministre Stephen Harper a promis de ne plus jamais tenir de vote sur le sujet, même s'il devait un jour former un gouvernement majoritaire.

Début de la présentation Flash Macromedia

Harper promet de ne plus rouvrir le débat sur le mariage gai
Fin de la présentation Flash Macromedia
La motion, qui prévoyait le dépôt par le gouvernement d'un projet de loi rétablissant la «définition traditionnelle du mariage», tout en respectant les
mariages homosexuels déjà célébrés, a été défaite par un vote de 175 voix contre 123.

«Nous avons fait une promesse d'avoir un vote libre, a déclaré M. Harper à sa sortie des Communes. Le résultat est décisif et, évidemment, nous allons accepter
la décision démocratique des représentants du peuple.»

Puis, il a ajouté: «Je ne vois pas ce débat à l'avenir, ce n'est pas [dans] nos plans.»

Interrogé sur la possibilité que son gouvernement présente un projet de loi afin de protéger les communautés religieuses qui se sentent menacées par le
mariage homosexuel, comme cela a déjà été évoqué, le premier ministre n'a pas complètement fermé la porte. «S'il y a une attaque concernant les droits
de la personne à l'avenir, le gouvernement va répondre, mais il n'y a pas, maintenant, un tel plan», a-t-il dit.

Treize députés conservateurs, dont six ministres, se sont prononcés contre la motion. Le même nombre de libéraux a voté pour l'initiative, soit bien moins
que les 32 qui s'étaient opposés au projet de loi C-38 ayant légalisé le mariage homosexuel d'un océan à l'autre, à l'été 2005.

«Il est temps de passer à autre chose, a estimé le ministre des Affaires étrangères, Peter MacKay, qui a voté contre la motion. Je crois qu'il y a des dossiers
plus importants pour le peuple canadien et pour cette Chambre à l'heure actuelle.»

On peut lire la suite de l'article sur le site du journal québécois "le devoir" (http://www.ledevoir.com/2006/12/08/124403.html# ) mais l'essentiel est déjà dit ici.

On devine que Harper n'est pas malheureux de ce vote car il adonné des gages à la droite religieuse de son parti en leur montrant qu'il avait fait son possible pour rouvrir le débat et d'un autre coté il n'aura plus à se prononcer sur cette question quelque peu délicate qui le mettait en porte à faux avec la charte canadienne des droits et libertés.