Je viens de lire sur un site canadien que :

"Le nouveau chef libéral, Stéphane Dion, fera face cette semaine à son premier défi: le vote que le gouvernement de Stephen Harper tiendra sur le mariage
des conjoints de même sexe.

C'est le gouvernement minoritaire de Paul Martin qui a fait adopter la loi ayant légalisé le mariage gai d'un océan à l'autre (C-38), l'année dernière.
Mais la question continue de diviser les libéraux, certains députés s'opposant toujours avec force à ce changement.

Quand on lui a demandé, dimanche, s'il allait contraindre ses députés à voter unanimement contre la motion des conservateurs, il n'a pas répondu directement.
M. Dion s'est néanmoins lancé dans un vibrant plaidoyer en faveur du maintien des mariages homosexuels.

"Pour moi, c'est une question de droits et il ne faut pas choisir (ceux qu'on défend), a-t-il déclaré en conférence de presse à Montréal. Je pense que c'est
une très mauvaise idée de rouvrir ce débat. On n'a pas besoin de revisiter les décisions des tribunaux. Quant à savoir quel type de vote ce sera (vote
libre ou vote de parti), je veux d'abord rencontrer mes députés pour en discuter. Nous nous rencontrerons demain (lundi)."

Le Bloc québécois a déjà indiqué que ses députés seraient tenus de voter contre la motion conservatrice, même si certains députés du parti souverainiste
se sont opposés au mariage gai l'an dernier. Le mot d'ordre sera le même chez les néo-démocrates.

Les conservateurs, eux, permettront à tous leurs députés, y compris les ministres, de voter selon leur conscience.

Le texte de la motion qui sera mise aux voies cette semaine est le suivant: "Que cette Chambre demande au gouvernement de déposer une loi visant

à rétablir la définition traditionnelle du mariage sans toucher les unions civiles et tout en respectant les mariages existants entre personnes de même
sexe".

Pas moins d'une trentaine de députés libéraux s'étaient opposés à la Loi sur le mariage civil lors du vote en troisième lecture, en juin 2005. Depuis, certains
ont affirmé ne pas souhaiter la réouverture du débat, même s'ils continuent de désapprouver le mariage gai.

D'autres n'ont pas l'intention d'abdiquer. "Qu'ils m'expulsent du caucus, a récemment lancé le député John McKay. Ce sera le premier sujet sur lequel (le
nouveau chef) et moi-même aurons une divergence de vues."

Pendant la course au leadership libéral, la plupart des candidats se sont engagés à faire de la motion conservatrice un vote de parti pour tous les députés."

J'ai ensuite vu dans le téléjournal de radio Canada que la première question au gouvernement de Stéphane Dion désormais chef de l'opposition n'a pas concerné l'environnement et l'accord de Kyoto, sujets qui luis sont chers, mais le problème  de la motion sur la réouverture du débat sur le mariage gay. D'un coté c'est plutôt rassurant qu'il prenne la question à bras le corps et fasse remarquer qu'on ne réunit pas les canadiens en en excluant une partie. S'il se montre suffisamment résolu cette désagréable tentative de mise en cause d'une avancée majeure dans l'égalité des droits sera mise en échec vu que les conservateurs sont minoritaires.

D'emblée il m'est donné l'occasion de savoir ce que vaut ce Stéphane.