Ce que j'aime en premier dans mes rêves c'est que j'y retrouve ma vue d'avant.

Ainsi cette nuit, je ne sais pourquoi, j'ai rêvé que je me retrouvais dans les grand salons de l'Hôtel de Ville en compagnie d'une collègue de mon premier bureau qui comme moi venait d'être désignée grand-électeur pour les élections sénatoriales. Juste avant d'aller voter je me suis mis à lire le programme de chacun des candidats ce que apparemment je n'avais pas fait auparavant.

Je déchiffrais péniblement les textes mais j'y arrivais quand-même.

Après cela mon imagination m'a conduit sans teransition de la politique au sexe et je me suis retrouvé sur un lit à regarder deux beaux mecs imberbes s'enculer. Sachez qu'en ce domaine je n'aime pas les périphrases.

A un moment, celui qui était à quatre pattes s'est libéré de son petit copain pour venir m'offrir son arrière-train. J'ai pris un preservatif et c'est là que cela devient interessant.

La capote était de mauvaise qualité et j'ai eu beaucoup de mal à bien la positionner. Une voix venant d'on ne sait où me prodigait pourtant des conseils.

Je sentais que le mec qui continuait à me faire son offrande anale perdait patience. Je ne débandait pas mais moi aussi je commençais à m'enerver contre cette capote mal conçue.

Finalement je me suis reveillé avant d'être repris à nouveau par le sommeil.

Ce matin en y repensant je me suis dit que mon rêve avait repris une scène d'un film du label "bel ami" que j'avais beaucoup appriecé pour la plastique de ses acteurs tchèques : Lukas'Story.

En fin de compte ma reprise en rêve était beaucoup plus réaliste que le film. Elle témoignait de la difficulté de bien intégrer le preservatif dans le feu de l'action sexuelle.

Je crois que la prévention contre le VIH et les IST bute sur ce problème.

Dans l'idéal il faudrait arriver à ce que cet instrument de protection soit aussi un objet de plaisir.

Ma reflexion n'est pas encore mûre mais je crois sincèrement que c'est dans ce sens qu'il faut aller.