27 février 2007

cinq actes sans faiblir

"Après une première privée d'éclairages, en raison d'une grève, et une deuxième représentation marquée par la défection du ténor Neil Shicoff, la Juive de Halévy a pris sa vitesse de croisière le week-end dernier dans un Opéra Bastille bondé. " Grâce à cette information dont je ne disposais pas samedi soir donné par Eric Dahan en introduction à sa critique de "la juive" de Halévy dans Libération de ce lundi, j'apprécie encore plus de m'être bien gardé de prendre des places de première cette saison à... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2007

l'envers du décor

    Sans conteste, l'acte que je préfère dans les contes d'Hoffmann est le deuxième, celui d'Antonia. Hier en le suivant avec l'aide terriblement appréciable de l'audio-description je crois bien avoir saisi l'intention de Robert Carsen et j'ai encore plus adhéré à son point de vue que la première fois que j'avais assisté à cet opéra dans cette version. "Le deuxième acte a lieu chez la musicienne Antonia qui vit avec son père Crespel. Le décor imite une fosse d'orchestre avec les chaises vides et les pupitres des... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 janvier 2007

la pierre de touche

Je n'ai vu que du bleu samedi soir à la représentation de "la pietra del paragone" au Châtelet. La mise en scène y était évidemment pour quelque chose. A l'entr'acte Eric m'a expliqué que les acteurs se déplaçaient sur une sorte de plateau de tournage au sol et au fond totalement bleu et que par la magie de la vidéo le public les voyait dans des écrans au milieu d'un décor de villa italienne des années cinquante  ou soixante. J'ai ainsi compris la raison des rires motivés par le passage sur scène d'hommes en combinaison... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2006

révélation

Si je ne faisais rien contre, toutes mes soirées pourraient être occupées par des réunions politiques. pour conjurer cela je tiens à bloquer des dates dans mon calendrier comme autant de moment de respirations intellectuelles. Le lundi 18 décembre était réservé pour une sortie avec Zvezdo et son chat (un charmant félin qui aime les Verts). Nous avions des invitations pour "la ville dont le prince est un enfant" de Henri de Montherlant au théâtre du Nord-Ouest. J'y allais en confiance car non seulement j'avais déjà vu la... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2006

un concert de noël à l'Oratoire du Louvre

Ce samedi 16 décembre j'ai eu le bonheur de pénéttré dans ce que l'on peut considérer comme le saint des saints du protestantisme à Paris, l'Oratoire du Louvre. Il y a quelques années c'est là qu'a eu lieu la cérémonie des funérailles de Théodore Monod. C'est en fait une église du 17ème siècle que Napoléon Ier a passé aux protestants en 1811 en compensation de la destruction de leur Temple qui avait la malchance de se trouver au carrousel du Louvre et que sa majesté impériale rasa pour faire place nette à la cour qui porte désormais... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2006

chère Cécilia

Cela m'amuse de constater à quel point chaque théâtre, chaque salle de concert a un type de clientèle donné. Au théâtre des champs Elysées ce sont en nette majorité des vieux bourgeois. Lors d'une représentation de Rienzi de Wagner Eric m'avait même confié : "On se croirait à un retour de Siegmaringen !" Vendredi soir l'ambiance était quelque peu différente et je peux dire nettement plus gay du fait qu'il s'agissait d'écouter Cécilia Bartoli dans ses oeuvres. Son récital était ma foi bien rodé : du Scarlatti, du Caldera... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 novembre 2006

la dernière des "dindes galantes" au Trianon

A défaut d'assister aux premières ce sont les dernières que j'enchaîne ces temps-ci. Cette fois, samedi soir, il s'agissait des "dindes galantes" par la compagnie des caramels fous (www.lescaramelsfous.com) au Trianon. J'aurais bien aimé pouvoir à nouveau bénéficier d'une audio-description mais j'ai du me satisfaire des indications succinctes de Eric. Heureusement l'intrigue était aisée à suivre grâce à la suite ininterrompue de parodies de chansons bien connues. Tout commence par le "tube" des Indes galantes de... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 10:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 novembre 2006

la dernière de "l'élixir d'amour" de Donizetti à la Bastille

Pour la deuxième fois voici un opéra dont je peux commenter la mise en scène, les costumes et les décors comme si je les avais vu. Que l'audio-description, ce système qui me fait ressembler à un député européen en séance (à cause du casque à infra-rouge), en soit remerciée ! En plus avec le programme en braille je n'avais plus rien à demander à Eric. La première fois où j'ai pu faire cette expérience c'était en mai au Châtelet pour l'Orfeo de Monteverdi et ce que je trouve amusant c'est que là déjà la mise en scène avait choisi de... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 09:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 novembre 2006

qu'est-ce qu'une sonate ?

La sonate, considérée en tant que forme et non que genre, est une narration dialectique. Si j'ai bien compris ma leçon d'hier c'est cela que je dois retenir. Voila un propos bien aride, n'est ce pas ? Que l'on se rassure la leçon en question n'était pas une punition même si son sujet, la sonate, était aussi sérieux que je viens de le dire. Mais comme l'écrivait à raison Blaise Pascal on fait autant attention sinon plus à celui qui dit le sermon qu'à ce qu'il dit. Il le déplorait ... l'expérience que j'ai fait vivre... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 16:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 octobre 2006

retour à Pleyel

J'ai enfin pu me faire mon idée sur la salle Pleyel après rénovation. En effet samedi avec mes chaussures toutes neuves j'ai foulé la moquette non moins neuve du hall d'entrée pour assister à la représentation de la version de Prague (la première historiquement) du "Don Giovanni" de Mozart. Nous étions presqu'idéalement placé à l'orchestre. Je dis presque car le deuxième rang aux yeux de Eric était trop proche de la scène. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été aussi à l'avant. La dernière fois c'était au théâtre de... [Lire la suite]
Posté par biosphere à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]