Les rêves ne sont pas sans queues ni têtes. Ils ont leur logique libre des contraintes de l'environnement extérieur. Ainsi cette nuit je me suis retrouvé dans une station Rambuteau qui au lieu d'être sous terre faisait partie du métro aérien puis je suis descendu et dans le prolongement de la rue il y avait un canal.

En m'avançant j'ai mis le pied sur le pont d'une péniche et celle-ci s'est mis en branle. La nuit a soudain succédé au jour et après quelques centaines de mètres de navigation, j'ai voulu redescendre sur le quai remarquant la présence de trois ou quatre marches en pierre mais on m'en a empêché.

Quand le jour est revenu la péniche était sur la Seine et la tour Eiffel me surplombait. J'ai échangé quelques mots avec le marinier et j'ai ensuite quitté la péniche.

Je me suis réveillé content de ce petit voyage.