au lendemain de l’annonce de la tenue d’élections présidentielle et législatives le 2 novembre par les séparatistes prorusses des régions de Donetsk et de Lougansk, prenant la parole à la tribune de l’ONU, le président Obama a dénoncé une «agression russe en Europe» qui «rappelle une époque où les grandes nations piétinaient les petites pour poursuivre des ambitions territoriales».
  Après cinq mois d’un conflit qui a fait plus de 3200 morts, il a appelé le Kremlin à choisir «le chemin de la diplomatie et de la paix», seul moyen d’amener les Occidentaux à lever leurs sanctions économiques.

Le président américain comme souvent parle bien mais malheureusement ce n'est pas lui qui maîtrise la situation.