En consultant mon courrier électronique, je viens de lire ces quelques lignes d'un élu écologiste pour qui j'ai beaucoup de sympathie à l'adresse du président de la République :
"élu régional et municipal de gauche et électeur en votre faveur le 6 mai, je suis aussi homosexuel. Ce que vous avez déclaré aujourd'hui devant le congrès des maires me glace et me blesse au plus profond de mon identité. Ainsi, si je veux épouser mon compagnon, si mon maire (de droite en l'occurrence) trouve ça sale, ou indigne ou je ne sais quoi, il pourra faire jouer une clause de conscience? Alors qu'il représente en tant qu'officier d'état civil l'Etat à cette occasion... Donc je ne suis ni un citoyen ni un humain comme les autres; si je gêne qu'à cela ne tienne on n'est pas obligé de me marier, même si la loi le permet...
Et où s'arrêtera-t-elle cette clause de conscience? Les mariages mixtes, il y a des maires à qui cela déplait. inutile de multiplier les exemples d'autant que vous n'auriez jamais évoqué cela pour autre chose que le mariage d'un couple de même sexe. Je ne vous pensais pas capable de cela. Vous aurez beau le tourner en tout sens, cela établit clairement une hiérarchie entre citoyens, entre humains. Et que vous le vouliez ou non c'est de l'homophobie."
Je n'aurais pu dire mieux !
Comme il y a treize ans avec le pacs, le débat sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe est un révélateur.
Le problème avec Hollande, selon ce que j'arrive à percevoir de lui quand je l'entend, c'est qu'il n'a pas conscience de ce qu'il dit.