D'abord des coups de sifflets puis des percussions sur un rythme qui rappelle la samba, c'est entrainant presque joyeux sauf que sur l'écran apparait l'image d'une mine d'or à ciel ouvert au Brésil. Le public dans la salle n'est pas le public habituel du festival. Il s'agit de la projection de Powaqqatsi avec en direct la musique de Philipp Glass jouée par son ensemble de musiciens.

Pendant le reste de mon séjour à Édimbourg cette musique m'a trotté dans la tête.