Dans quelques heures nous allons comme chaque année le dernier dimanche du mois de mars passer de l'heure de Berlin à l'heure de Saint-Petersbourg. A force de vouloir manipuler les horloges pour de prétendue économies d'énergie on finit par avoir une heure qui ne correspond plus du tout à sa géographie.
Dans Paris on peut voir le tracé d'un méridien matérialisé sur les trotoirs qui passe même à l'intérieur de l'église Saint-Sulpice témoignage muet d'une époque où l'heure de Paris ambitionnait d'être la référence avant que Londres et son méridien de Greenwich ne la supplante et que des aléas historique ne nous la fasse abandonner.