Cet après-midi j'ai (comme mon homme) eu le plaisir d'écouter pour le prix d'un billet deux orchestres distincts en première partie de concert puis réunis pour une deuxième partie qui avait de quoi faire vibrer l'Espace des Blancs-Manteaux. Il s'agissait du Rainbow Symphony Orchestra,  notre RSO de Paris avec ses "chatoyants" musiciens et du London Gay Symphony Orchestra, son pendant londonien tout de noir vêtu.

Il est vrai que pour les pièces musicales retenues pour la deuxième partie une centaine de musiciens sur scène n'étaient pas de trop.

Ce qui m'a immédiatement marqué à l'écoute de ces oeuvres c'est que je ne pouvait m'empecher de penser aux films aux quels elles sont désormais associées : Mars et surtout Jupiter, deux puissants passages des planètes de Holst repris dans le film "l'étoffe des héros" sur le début de la conquête spatiale américaine, au milieu du morceau Jupiter le choral patriotique entonné par les élèves de la public school au début de "another countrie" ... quant au Boléro de Ravel même si je n'ai pas tant aimé que ça "les uns et les autres" de Lelouch, difficile de ne pas y penser et évidemment encore plus difficile d'oublier comment Béjart à su se servir de cette musique pour un ballet mémorable.