Hier ce n'étaient pas les cantates BWV 38, 70 et 30 de Johann Sebastian Bach qui m'avaient motivé à me rendre à la salle Pleyel mais la perspective de les écouter sous la direction de Nikolaus Harnoncourt, avec  le Concentus Musicus de Vienne. Malheureusement dès notre arrivée (j'étais avec mon homme) nous apprîmes que souffrant et donc n'étant pas en mesure de diriger ce concert, il était remplacé par Erwin Ortner, chef de chœur et directeur artistique de l'Arnold Schoenberg
Chor. On peut bien être une référence mondiale pour les interprétations des oeuvres de Bach on en a pas moins l'âge de ses artères (le programme distribué à l'entrée rappelait  sa naissance en 1929). Je ne sais pas si l'autre Nicolas que je m'attendais à trouver là éprouva le même regret. Peut être pas car le concert en fin de compte ne souffrit pas tant de cette absence et que la magie du Kantor de Leipzig opéra même si quelques canards arrivèrent à se faufiler lors de l'exécution de la cantate BWV 38.

édit : d'autres billets sur ce concert ici et .