A l'instant commence la diffusion des trois derniers épisodes de la série "les 4400". Eh oui, je suis un amateur de séries de science-fiction. C'est un reste de la passion que j'ai eu à l'adolescence pour ce genre littéraire.

Ce que j'aime bien avec les séries américaines c'est qu'elles ont les moyens de développer une intrigue de départ sur un grand nombres d'épisodes. Ce que je n'aime pas du tout c'est qu'elles s'arrêtent non au moment où l'intrigue atteint une conclusion mais à cause de triviales questions de rentabilité. Dans ce système les scénaristes développent l'histoire tant qu'ils le peuvent ce qui me donne l'impression qu'ils étirent un chewing gum.

Sans me lancer dans un résumé de la série, je constate juste que Les 4400 reprennent le thème classique des mutants même si à la quatrième saison la mutation a le pouvoir de se répandre à l'humanité entière grâce à la diffusion de la "promicine" donnant à tout un chacun la possibilité de développer une "capacité" ... s'il survit à l'injection.

Cette idée de "capacité" outre qu'elle est un superbe réservoir pour inventer de nouveaux épisodes me parait bien séduisante.

J'aimerais tout particulièrement disposer de la capacité de contraindre toute personne à me dire la vérité. Je serais prêt à payer cher pour faire disparaître ainsi bien des mystères.