Il m'est bien difficile de faire un billet sur un concert du RSO comme celui auquel j'ai eu le plaisir d'assister avec mon homme samedi dernier à l'église réformée des Batignolles car je n'ai rien d'un critique musical.

Tout ce que je peux dire c'est que j'apprécie beaucoup la volonté de John Dawkins de faire jouer à son orchestre et de faire entendre au public des oeuvres rarement présentées comme le bal de Béatrice d'Este de Reynaldo Hahn dont je viens d'apprendre à l'instant qu'il avait été à ses débuts brièvement amant de Marcel Proust.

Originalité de cette composition les cordes n'ont rien à y faire. Mais entre le concerto pour alto et orchestre de Telemann qui précédait et la sérénade pour cordes de Tchaïkovski après l'entr'acte elles ont eu de quoi montrer leur brio.