Un peu moins de Six mois après, hier soir, j'étais de retour à l'oratoire du Louvre, haut-lieu du protestantisme français pour un concert au programme prometteur du Rainbow Symphony Orchestra etdu choeur d'hommes Mélo'men auxquels venait s'adjoindre les femmes du choeur Romantica, les trois formations étant dirigée par Johne Dawkins.

Et je puis dire sans flatterie aucune en direction des deux Z (Ziad et Zvezdo) qu'ils m'ont franchement épaté.

Après une mise en bouche sympathique offerte par l'orchestre avec la marche hongroise de Berlioz (qui n'était cependant pas dirigé par John Dawkins car semble-t-il cette oeuvre n'est pas une de ses préférée) les Mélo'men se sont montrés remarquables dans le cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré. En ce qui concerne ce compositeur qui si je ne me trompe pas a dirigé le conservatoire de Paris je partage le jugement d'un blogueur qui écrivait : "Fauré, que j'aime beaucoup, est incompréhensible et donc inimitable." Je passe sur les quatre petites prières de Saint François d'Assise de Poulenc car Ziad sait à quel point j'en regrette que les paroles soient en français. Si elles étaient en hongrois par exemple je ne m'arrêterais pas à leur sens profond qui a le don d'agacer l'athé fils de protestant que je suis. en plus entendre "Marie, mère de Dieu" dans un temple protestant me surprend toujours.

D'un certain coté cela m'a plu que la conclusion de la première partie par l'adagio Spartacus de Khatchatourian fasse une sorte de contrepoint. A ce nom de Spartacus je ne peux m'empecher de songer au superbe péplum de Stanley Kubrick ... voilà qui correspond plus à l'imaginaire homo.

La deuxième partie fut tout entière dévolue au Psalmus Hungaricus de Zoltan Kodaly, oeuvre sombre composée en 1923 pour le cinquantième anniversaire de l'union entre Buda et Pest.  Si j'avais la culture musicale de Zvezdo je pourrais en faire une description précise mais je suis désolé de devoir me contenter de dire que j'ai beaucoup aimé. Pour le coup J'aurais souhaité comprendre ces paroles hongroises qui paraissaient être des invocations déchirantes.

En dehors de la qualité de la musique ce qui m'a rendu la soirée encore plus agréable c'est de pouvoir retrouver à l'entr'acte puis à la fin du spectacle des gens qui me sont sympathiques. en plus grâce à l'ami Zvezdo j'ai eu le plaisir de faire la connaissance de madame de VS, une blogueuse qui comme moi sait que 42 est la réponse et que nous sommes en ce monde en fait pour trouver la question (les fanas du guide du routard galactique me comprendront). En conséquence je me fais un plaisir de la rajouter à mes liens d'amis.