La politique est "chronophage". C'est ce que j'ai dit dimanche à un de mes neveux dans une de nos discussions sur MSN.
Ce qu'il y a de bien avec les échanges en ligne c'est que cela me force à concentrer mes propos dans des phrases courtes et à laisser du temps à mon interlocuteur pour réagir. Ainsi mon neveu n'a-t-il pas laisser passer l'occasion de me demander ce que signifiait ce mot bizarre. En lui répondant j'ai évoqué Chronos (autrement dit Saturne chez les Romains) le dieu qui mange ses enfant Zeus/Jupiter, Poséidon/Neptune et Hadès/Pluton. Là il m'a immédiatement dit "stop !" En latin on venait justement de le gaver de mythologie. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui répliquer qu'on n'avait pas du lui raconter tout et notamment pas les infidélités de Jupiter à son épouse non seulement avec de jeunes et belles filles mais aussi avec de beaux garçons tel le berger Ganymède. Il a convenu qu'on ne lui en avait rien dit et qu'il se ferait un plaisir de le ressortir à sa prof de latin. Je signale qu'il est en troisième. Je me demande s'il l'a fait et dans l'affirmative si cela ne va pas lui tailler une drôle de réputation.