J'ai commencé fort ce mercredi : 10 rendez-vous ce matin dans le cadre de mes fonctions électives. En effet c'était le jour de ma permanence mensuelle, le jour des doléances. Et comme souvent elles tournaient autour des problèmes de logement. c'est là où l'on se rend compte comme les gens vous prêtent des pouvoirs que vous n'avez pas. En plus suivre les situations individuelles prend un temps fou, forcément au détriment de celui consacré à trouver des solutions collectives.

A une heure c'est totalement lessivé que je suis sorti me chercher un sandwich au saumon.

L'après(-midi j'avais un mariage à célébrer ce qui est beaucoup plus agréable. D'une part les personnes arrivent de bonne humeur, d'autre part je n'ai pas de mal à leur donner ce qu'elles demandent avec en prime un discours que je tente de personnaliser à chaque fois.

Comme nous ne sommes pas en Espagne, ni en Belgique, je n'ai pas eu le plaisir de marier deux hommes ou deux femmes. Cependant j'ai déjà fait une cérémonie de pacs. Je sais, c'est symbolique.  Malgré tout ce fut un moment fort en émotion aussi bien pour les deux jeunes hommes (deux musiciens) que j'avaient en face de moi, que pour leurs familles et aussi pour moi.

Mais en racontant tout cela, est-ce que je n'omets pas un détail ? Oui ... la surprise que provoque mon entrée avec ma canne blanche mes notes en braille à la main dans la salle des mariages. C'est un petit effet théâtral qui, je dois bien le confesser, ne me déplait pas.