J'ai emmené avec moi pas mal de livres à lire. Pour être plus exact, vu mon handicap, il est plus honnête de dire que j'ai rempli une valise de CD de livres lus que je peux écouter avec mon balladeur à la plage ou dans le bungalow.

Comme ce sont les vacances, je me suis bien gardé de prendre des essais politiques. D'ailleurs on n'en trouve pratiquement pas sous cette forme.

Il n'y a que des romans avec une nette domination des classiques comme "l'oeuvre au noir" de Marguerite Yourcenar, "le lys dans la vallée" de Balzac, "le festin de Babette" de Karen Blixen, et "du coté de Guermantes" de Proust.

Lus par des acteurs confirmés, ces ouvrages pparaissent beaucoup moins arides. Mais un problème demeure : quand j'entre dans une histoire j'ai du mal à la finir. Pour être plus clair, j'ai peine à accepter de la voir se terminer. Je ne change pas comme ça de monde ... même imaginaire.